Accueil > Connaître > Un patrimoine varié > Variété souterraine

Variété souterraine

Partagez :
éclairage

Schématiquement, dans la moitié sud des concessions, la grande concentration des puits démontre que le terme de « gruyère » pour définir le sous-sol du Bassin minier n’est pas usurpé. Ainsi, dans les secteurs de Lens, Denain ou Bruay-La-Buissière, il arrive que les puits soient distants d’à peine deux kilomètres ! Plus au nord en revanche, les fosses d’extraction sont plus disséminées. Comment expliquer une telle différence ?  La roche « charbon » est loin d’être uniforme. Le véritable « or noir » se trouve au sud, là où les profonds gisements sont riches en charbon gras et charbon à coke, nécessaires à l’industrie lourde et à la sidérurgie (fonte et acier). Ils seront exploités de manière intensive, comme en témoignent les très nombreuses fosses et leurs cités minières. Plus au nord, les charbons maigres et demi-gras, d’usages différents et longtemps considérés comme moins rémunérateurs, font l’objet d’une exploitation moins soutenue. Ou quand la variété du sous-sol explique aussi celle en surface !

< Retour à « Un patrimoine varié »