Accueil > Transmettre > Une inscription à adopter

Une inscription à adopter

Partagez :
Exposition Clins d’oeil à Méricourt

Exposition Clins d’oeil à Méricourt

L’inscription du Bassin minier sur la Liste du patrimoine mondial en juin 2012 n’est que la première étape d’un long processus destiné à transmettre les valeurs portées par cette reconnaissance. Suite au « buzz » médiatique ayant suivi l’évènement, peu d’habitants du Bassin minier ignorent qu’ils vivent désormais sur un territoire inscrit au Patrimoine mondial. Cette date a marqué le début d’un changement de regard sur le patrimoine minier… visiblement digne d’intérêt puisque reconnu au niveau mondial. Pour autant, l’indifférence, voire le mépris, entourant cet héritage n’ont pas disparu du jour au lendemain. D’où le besoin d’informer, d’expliquer les raisons d’une telle distinction et de sensibiliser sur la valeur universelle et exceptionnelle du Bassin minier.

Cet effort pédagogique indispensable pour que les habitants s’approprient l’inscription est important à plus d’un titre. Faire découvrir le patrimoine inscrit, c’est d’abord propager la fierté d’habiter un territoire exceptionnel mais aussi, inviter chacun à devenir ambassadeur de cette inscription en la partageant avec le plus grand nombre. Par ailleurs, c’est en faisant comprendre pourquoi le Bassin minier a été distingué que certains habitants, particulièrement concernés, endosseront le rôle de « sentinelles », vigilantes sur les atteintes éventuelles touchant leur patrimoine. Et qu’ils alerteront, le cas échéant, sur la mise en danger de certains sites. Enfin, le travail de transmission est indispensable pour entretenir les effets positifs générés par cette reconnaissance internationale : la preuve qu’une mobilisation collective peut être fructueuse, l’apparition d’une nouvelle estime de soi synonyme d’envie d’entreprendre, l’opportunité offerte d’aménager le territoire par le haut en termes d’architecture, d’habitat, d’urbanisme…

Les dix ans nécessaires à la démarche d’inscription paraissent bien courts au regard du long travail de médiation qu’il reste à mener pour que chaque habitant du Bassin minier se sente détenteur d’une parcelle de la valeur universelle et exceptionnelle de son territoire.