Accueil > Connaître > Un paysage culturel

Un paysage culturel

Partagez :
Un patrimoine industriel

Terrils jumeaux de la fosse n°6 d’Haillicourt à Maisnil-les-Ruitz et Ruitz

Le Bassin minier a été inscrit au Patrimoine mondial en 2012 en tant que « paysage culturel ». Ce territoire autrefois rural, s’étirant de la frontière belge à l’est, aux collines de l’Artois à l’ouest, est jalonné de trésors techniques et architecturaux issus de trois siècles d’exploitation du charbon.

Ce paysage, dont l’horizon a été redessiné par les terrils, offre de multiples facettes, tant l’impact de la mine a pris des formes différentes au sein de cette bande de territoire de 120 kilomètres de long et de 12 kilomètres de large.

 

 

Fosse d'Arenberg à Wallers

Fosse d’Arenberg à Wallers

Ce n’est ni le Bassin minier dans son intégralité, ni les seuls cinq grands sites spectaculaires, qui ont été inscrits au Patrimoine mondial, mais bien 4000 hectares de paysage abritant 353 biens remarquables. Soit 25 % de la totalité du patrimoine minier. A l’intérieur du périmètre inscrit, il existe certes quelques objets isolés (chevalement Dutemple à Valenciennes, la fosse Mathilde à Denain ou le terril n°93 à Harnes…), mais surtout des ensembles patrimoniaux et paysagers comprenant à la fois des sites d’exploitation et des quartiers d’habitat minier.

 

Des biens porteurs d’histoire

La cité des provinces à Lens

Parmi ces éléments figurent bien entendu, les terrils et les chevalements, véritables repères dans le paysage du Bassin minier. A leurs côtés, d’autres éléments tout aussi représentatifs ont été inscrits : des fosses d’extraction, des voies ferrées, des sièges de compagnies, des cités minières, ainsi que des équipements collectifs (églises, écoles, salles des fêtes, dispensaires…). Ces derniers témoignent de la prise en charge des mineurs et de leurs familles, par les compagnies, « du berceau à la tombe ».
Si le périmètre inscrit sur la Liste du patrimoine mondial peut sembler fragmenté, il ne se réduit pas pour autant à une collection de sites ou de monuments individuels. C’est le Bassin minier dans sa continuité qui a été distingué. Les 353 biens remarquables sont les composantes d’un paysage qui permet de lire aujourd’hui encore l’histoire de ces trois derniers siècles.